top of page
  • Photo du rédacteurMagali Depras

Comprendre les priorités de vos parties prenantes



Quelle partie prenante êtes-vous ? Quel rôle jouez-vous dans votre chaîne d'approvisionnement ?

À un moment donné, vous êtes peut-être fournisseur, client, voire les deux ! Vous pouvez également être le client de votre client. Prenons l'exemple d'un fabricant d'emballages: vous recevez des matières premières de vos fournisseurs, vous les transformez en produits d'emballage que vous vendez à vos clients. Si votre client est une marque, il vendra probablement à des magasins de détail, dont vous êtes le client. Vous voyez où je veux en venir... Les points de contact et les interactions sont multiples. Maintenant, élargissons la perspective. En tant qu'entreprise, vous avez peut-être contracté des prêts auprès d'une banque. Vos activités sont situées dans une ville, une province, un pays, avec des lois et des règlements spécifiques auxquels vous devez vous conformer. Vous cherchez à embaucher et à conserver les meilleurs talents pour développer votre entreprise. Vous êtes connu au sein de votre communauté en tant qu’employeur local. Et la plupart du temps, vous avez des concurrents dans votre secteur, avec les mêmes marchés à desservir, peut-être en concurrence pour les mêmes clients et la même base d'employés.


Quelles sont les parties prenantes les plus importantes pour vous ?... Vos employés ? Vos clients ? Vos investisseurs ? Tous ? A quelles autres pouvez-vous penser ?... Savez-vous ce qui compte pour eux en matière de développement durable ? Pourquoi choisiront-ils vos produits ? Pourquoi devraient-ils vous faire confiance plutôt qu'à une autre entreprise ? Pourquoi travailleraient-ils pour vous ou investiraient-ils dans votre entreprise ? Comment vous perçoivent-ils ? Quelles sont les tendances et les nouvelles réglementations qui risquent de vous impacter ? Vous vous demandez peut-être : « pourquoi devrais-je me préoccuper de ce que pensent toutes les parties prenantes ? Je pourrais me concentrer sur l'une d'entre elles seulement ou me contenter de faire ce qui me semble juste. » La réalité est plus compliquée que cela.


Commençons par vos clients ou les clients de vos clients. Des enquêtes récentes montrent que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à faire des choix et à adopter des comportements durables. Cette tendance a pris de l'ampleur depuis la pandémie de Covid-19. Une enquête menée par le Forum économique mondial a révélé que 66 % de l'ensemble des personnes interrogées, et 75 % des millénaires, tiennent compte de la durabilité lorsqu'ils effectuent un achat. L'enquête 2023 de PWC des perspectives sur le consommateur canadien montre que 63 % des consommateurs sont prêts à payer plus cher pour des produits fabriqués par une entreprise réputée pour ses pratiques éthiques. Et 64 % seraient prêts à payer davantage pour des produits fabriqués à partir de matériaux recyclés, durables ou respectueux de l'environnement. Aux États-Unis, 66 % des consommateurs et 80 % des jeunes adultes (âgés de 18 à 34 ans) interrogés se sont dit prêts à payer plus cher pour des produits durables que pour des produits concurrents moins durables, selon le récent Business of Sustainability Index de GreenPrint.


Dans ce contexte, les marques et les détaillants développent des produits plus durables et analysent plus profondément leurs chaînes d'approvisionnements pour identifier les fournisseurs les plus durables et les plus en phase avec leurs ambitions. C'est ce que j'appelle l'effet domino et démontre une véritable interconnexion des parties prenantes dans la chaîne d'approvisionnement.

Lorsque l'on examine l'empreinte carbone d'un produit, 80 % de ses émissions de gaz à effet de serre en moyenne se produisent en amont et en aval de la chaîne d'approvisionnement. Les matières premières et les produits semi-finis en constituent une part importante. Il est donc critique pour les marques de comprendre où et comment ils sont produits. Même les aspects sociaux sont essentiels, comme le fait de savoir dans quelles conditions de travail les produits sont fabriqués. Prenons l'exemple d'un produit importé de l'étranger. La qualité répond à vos attentes et le prix est attractif. Mais quelques questions se posent. Quelle est l'empreinte carbone de ce produit ? Comment a-t-il été fabriqué ? Répond-il aux normes de sécurité ? Dans quelles conditions de travail a-t-il été fabriqué ? Que se passe-t-il si le pays d'origine figure sur une liste noire en raison de droits du travail discutables ou pour toute autre raison ? Que répondrez-vous à vos clients ? À quel risque de réputation êtes-vous confronté ?


Examinons maintenant l'impact environnemental d'un produit que vous vendez à vos clients. Comme vous êtes un partenaire important dans leur chaîne d'approvisionnement, ils vous demanderont probablement de trouver des moyens de produire ou de fournir vos services de manière plus durable. Dans de nombreux cas, vous recevrez des enquêtes posant de multiples questions pour aider votre client à évaluer votre empreinte actuelle et la manière dont elle pourrait être améliorée. De nombreuses marques et de nombreux détaillants ont commencé à utiliser ces informations comme point de comparaison entre différentes sources d’approvisionnement. S'ils veulent respecter leurs engagements en matière de développement durable, ils comptent également sur leurs fournisseurs pour les aider. Vos clients vous ont-ils déjà demandé de passer des combustibles fossiles aux énergies renouvelables dans les installations où vous produisez ? Vous a-t-on demandé d'atteindre un niveau minimum de performance en matière de développement durable - tant sur le plan environnemental que social - comme condition préalable à votre référencement ? Si ce n'est pas encore le cas, préparez-vous ! Certaines marques adoptent également une approche proactive pour éduquer leurs fournisseurs et créer des communautés où les meilleures pratiques sont échangées. Nous vivons dans des chaînes d'approvisionnement où la collaboration est essentielle et où les grands défis auxquels le monde est confronté ne sont pas résolus de manière isolée, mais plutôt dans le cadre d'un effort collectif.


Passons maintenant à un autre groupe de parties prenantes : vos employés. Quelles sont leurs attentes en matière de développement durable ? Dans le cadre de son étude Sustainability@Work, Adobe a récemment interrogé 1 400 employés aux États-Unis pour connaître leur position sur l'impact environnemental. Environ 35 % d'entre eux ont déclaré que les pratiques commerciales durables augmenteraient les taux de productivité, 31 % ont indiqué qu'elles permettraient à leur entreprise de se positionner en tant que chef de file et 37 % ont déclaré qu'elles ouvriraient davantage de possibilités d'innovation. Dans l'enquête 2022 Hopes and Fear de PWC, 48 % des employés canadiens ont déclaré que la transparence sur les questions environnementales telles que le changement climatique était très ou extrêmement importante, mais seulement 39 % d'entre eux étaient très confiants que leur employeur était transparent à ce sujet. 56 % des employés canadiens de la génération Z estiment que la transparence de leur employeur sur son bilan en matière de diversité et d'inclusion est très ou extrêmement importante, mais seulement 44 % d'entre eux sont très confiants que l'organisation pour laquelle ils travaillent est réellement transparente.


Avez-vous entendu des commentaires similaires de la part de vos employés ? Avez-vous fait passer des entretiens au cours desquels les candidats ont posé des questions sur votre vision et vos pratiques en matière de développement durable ? Ont-ils mentionné qu'il était important pour eux de travailler pour un employeur qui s'engage à long terme en faveur du développement durable ? Avez-vous mené des enquêtes auprès de vos employés et quels commentaires en sont ressortis ? Ont-ils proposé des idées sur la manière d'améliorer vos feuilles de route en matière de développement durable et de diversité et d'inclusion ? La prise en compte de leurs réflexions est l'occasion de développer une main-d'œuvre très engagée, qui sort des sentiers battus et qui est fière de contribuer à vos progrès. Qui ne souhaite pas s'entourer des meilleurs talents et les conserver ?...


Il existe d'autres parties prenantes importantes auxquelles vous devriez vous adresser lorsque vous évaluez les priorités de votre stratégie de développement durable. Les investisseurs posent de plus en plus de questions aux entreprises et les poussent à agir. Il est devenu évident que les meilleures pratiques ESG ont un impact positif sur les performances financières d'une entreprise, qu’elles réduisent les risques et sont plus durables à long terme. Les investisseurs institutionnels et les fonds de pension tiennent compte de l'impact environnemental et social des entreprises dans leurs portefeuilles et suivent de près les stratégies et les performances en matière de développement durable. En fait, au cours des cinq dernières années, je suis passée de réunions d'investisseurs comportant seulement une ou deux questions sur le développement durable à des rencontres dédiées à ces sujets, avec des participants extrêmement bien informés et des questions de plus en plus précises. Il faut donc s'y préparer.


Mieux comprendre les priorités de vos parties prenantes en matière environnementale, sociale et de gouvernance et déterminer où vous vous situez par rapport à leurs attentes vous permettra d'éclairer votre stratégie d'entreprise d'une manière plus holistique et plus précise et d'éliminer les angles morts. En fin de compte, vous saurez quels sont les sujets les plus matériels, quel est votre niveau actuel de maturité et de performance en matière de développement durable et où vous devez agir pour être encore plus attrayant pour vos parties prenantes et assurer votre succès à long terme. Le reste est entre vos mains !

À vous de jouer.


Durablement,

Magali








20 vues0 commentaire

Comments


bottom of page